Cavalcade de BLEURY

Site officiel

Historique de la cavalcade Retour accueil

1928

C’est l’année où la fameuse cavalcade de Bleury à vu le jour. Les agriculteurs de l’époque eurent l’idée d’un défilé de chevaux soigneusement parés, frisés, queues et crinières coiffées. Il y en avait probablement d’autres à l’époque de la mi-carême. Ce défilé qui se répète 3 ou 4 dimanches de suite dans les communes et hameaux voisins, tout cela à pied et à cheval. Les retours étaient quelquefois chargés de grosses fatigues….

Sous l’impulsion de Lucien Boudot, ils furent les premiers, à réaliser des sujets fleuris. Lucien Boudot, un personnage étonnant, inventif il réalise, par exemple un avion de ses mains. Un seul essai de vol à eu lieu, l’avion est hissé sur le toit de la voiture empruntée à Louise Martin, propriétaire de la scierie du Moulin de Marnay et l’essai se termine au fossé. Il invente aussi un semoir à betteraves, puis un vélo horizontal (voiture à pédales, mais à deux roues). Dans les années 1934/1935, il touche à la peinture avec son ami Marcellin Machavoine de Bleury.

1939/1945

La guerre! La cavalcade est remplacée par une troupe de théâtre sous l’impulsion de Monsieur André Chevallier. Les comédiens et comédiennes sont naturellement tous de la commune. La troupe produit son spectacle et se déplace dans les communes limitrophes plusieurs semaines, avec succès. Le produit des représentations ira au colis du prisonnier, puis à la fin de la guerre, au financement du monument aux morts de Bleury. Après la guerre, la cavalcade reprend ses droits.

1958

Disparition de Marcellin Machavoine, instituteur en retraite. Fils d’un maréchal ferrant, photographe, peintre, créatif lui aussi, il périra carbonisé par la couverture chauffante qu’il s’était fabriquée. Sur son testament, puisque sans famille, il distribue ses biens, aux amis, aux personnes qui lui ont rendu service, les bâtiments à la commune et une somme d’argent placée en banque dont le bénéfice doit, chaque année, être distribué à une jeune fille méritante de la commune, elle choisie par le conseil municipal.

Chaque année, vers le milieu du mois de juin, au cours d’un conseil municipal, vient l’élection de la rosière et de ses demoiselles d’honneur. Les jeunes filles sont élues en fonction de leur âge (16 ans minimum) une année Bleury, une année Poilly sur Tholon et les autres hameaux.

Ce jour là, elles sont présentées sur le podium devant le public et reçoivent de nombreux bouquets de fleurs.

La rosière reçoit en plus une gerbe à déposer devant le monument aux morts de Bleury, ainsi qu’une gratification.

Elles sont aussi sollicitées pour toutes les manifestations de l’année.

1961

Création du comité des fêtes, c’est Henri Fossé qui en est le premier président.

C’est le même Henri Fossé qui eut l’idée une année de décorer le centre de Bleury avec des palmiers, des parterres de fleurs, des jets d’eaux pour redonner un nouvel élan à cette manifestation. Il restera président une vingtaine d’années.

Cette même année la fête est transférée dans le pré de Suzanne et Marcel Boursin où les bals musette du samedi soir font recette puisqu’ils couvrent à eux seuls les frais de la cavalcade, ajouté à ces fastes, un temps radieux, idéal pendant plusieurs décennies.

1980

Arrivée des boites de nuits et du disco, les bals sous rotondes périclitent de même que la main d’œuvre.

1988

Alain Chevallier, maire et président du Comité des Fêtes prend avec son équipe la décision d’investir dans une machine à fabriquer des fleurs, machine réalisée et commercialisée par une entreprise orléanaise.

Idée astucieuse et remarquable pour un coût de 50 000 francs avancés par le conseil municipal au Comité des Fêtes.

Sans compter que les fleurs réalisées sont également commercialisées pour rentabiliser l’emprunt.

1989

A la fin mai, Bernard Fauvernier est élu président du Comité des Fêtes, il n'y a plus qu’un mois pour réaliser la fête. C’est l’année du centenaire d la tour Eiffel, réalisé par le nouveau président elle mesure 11 mètres de haut.

L’atelier de confection DESMOUTIER-MOREAU donne des robes de mariées pour habiller nos rosières et demoiselles d’honneur, cette tradition est toujours d’actualité par les Mariés de Bleury.

1990

Sous une réussite historique de plusieurs années, il faut rappeler que le Comité des Fêtes participe à 50% du colis du troisième âge et 50% du Noël des enfants, tout ceci en plus de l’emprunt de la machine.


page suivante